Béton blanc balayé et lignes de laiton
Axonométrie du patio de gabions
Prototype d'un gabion végétalisé
Palette végétale

Anemone "Honorine Jobert"

Cimicifuga racemosa

Crocus chrysanthus

Dianthus superbus

Erigeron karvinskianus

Galanthus nivalis

Geranium robertianum

Helianthemum apenninum

Tiarella cordifolia

Aster macrophyllus

Crocus vernus

Iris foetidissima

Salvia officinalis

Salvia pratensis

Stachys officinalis

*Thalictrum hewitts double"

Veronica spicata

Viola odorata

Allium caeruleum

Anemone blanda

Aquilegia vulgaris

Camassia esculenta

Iris foetidissima

Lobellia gerardii

Prunella grandiflora

Veronica prostata

Aquilegia canadensis "little lanterns"

Delosperma "red mountain"

Euphorbia grifithii

Monarda "jacob cline"

Persicaria amplexicaulis

Phygelius rectus "african queen"

Salvia macrophylla

Sedum spurium schorbuser

Buxus rotondifulia

Calamagrostis brachytricha

Koeleria vallesina

Matteucia struthiopteris

Molinia caerulea

Onoclea sensibilis

Pennisetum sphatiolatum

Arbres

Acer campestre

Amelanchier lamarckii

Pinus sylvestris

LieuParis (75)
Date2019
Surface3545 m²
Coût globalN.C.
Coût paysage1000000 €
MOA

COVEA

Équipe
  • Puzzler - architectes mandataires
  • Emma Blanc paysagiste
    co-traitante
  • BET : Betci, Etha, Albert & Cie, Ubc structure
Programme
  • Valorisation de l'ancien site Michelin
  • Aménagement paysager de l'Espace Vert Protégé - patios - jardins et terrasses

Mission complète

  • Réhabilitation + construction neuve
  • Logt accession + sociaux + bureaux
Mots-Clés
  • Espace Vert protégé
  • Jardins collectifs et privatifs
  • Jardins plantés
  • Toitures végétales
  • Bassin miroir d'eau
  • Luxe
  • Bureaux et logements
Catégories
  • Sites classés
  • Jardins et cours
L'ancien site Michelin - vers 1930

La parcelle du 46 avenue de Breteuil présente la particularité d’une implantation bâtie en retrait par rapport à l’Avenue de Breteuil. Depuis celle-ci, se développe un jardin qui traverse la parcelle d’est en ouest et se connecte à l’arrière à la Villa de Ségur. Ce retrait singulier dans le tissu urbain, définit ce jardin en Espace Vert Protégé. Le projet conserve et améliore un jardin traversant de pleine terre en RDC, aménage des jardins en cœur d’ilôt (sur dalle en RDC et en terrasse) et crée des jardins privatifs (en limite de la parcelle des petites sœurs des pauvres).

Depuis l'avenue de Breteuil

Le jardin traversant

« Vitrine » des bureaux (neufs et réhabilités), il est un jardin d’agrément. Depuis l’avenue de Breteuil, l’œil du passant est cadré par l’alignement des marronniers conservés. Il s’ouvre à la vue, et s’étire d’est en ouest, depuis l’Avenue de Breteuil jusqu’à la Villa de Ségur, et de nord en sud, créant un lien végétal avec le jardin des Petites Sœurs des Pauvres. Ce jardin est principalement en pleine terre. Le projet ménage une surface de pleine terre allant bien au-delà des préconisations de PLU. Tout en respectant les distances de plantation réglementaires, la composition végétale de la strate arborée vise à mettre en valeur la morphologie du jardin, c’est-à-dire la profondeur et le caractère traversant de la parcelle. Les arbres sont placés en bouquet à proximité des allées de circulation piétonne ainsi que le long du mur pignon nord.

Une parcelle traversante de l'avenue à la Villa Ségur
Vue du jardin en 2016 avant le début du chantier